La réalité virtuelle change le domaine de la chirurgie !

Deux médecins spécialistes expliquent comment ils utilisent la VR pour les médecins et les patients en chirurgie.

La réalité virtuelle a fait ses débuts dans le domaine des jeux vidéo, et c’est ce que pense la majorité des gens en entendant le mot VR. Mais la recherche sur la technologie a évolué, la réalité virtuelle s’est révélée être un très bon moyen dans le secteur de la santé, les médecins et les chirurgiens ont commencé à utiliser cette technologie dans la gestion de la douleur et la chirurgie.

Les recherches qui sont actuellement en cours sur la réalité virtuelle visent à aider les patients et les médecins. Le Dr Shafi Ahmed, chirurgien colorectal à Saint-Barthélemy, utilise la VR pour diffuser des procédures chirurgicales en direct dans le monde entier pour faire apprendre aux chirurgiens à effectuer différentes procédures. La docteure Diane Jooris, psychologue en Belgique, utilise cette technologie pour changer la façon dont les patients ressentent la douleur et l’anxiété lorsqu’ils subissent une intervention chirurgicale.

En 2016, le Dr Ahmed a diffusé en direct une vidéo en 360° d’une opération sur un patient atteint d’un cancer du côlon. Avec cette technologie, les gens du monde entier puissent se connecter et apprendre le déroulement de la procédure.

Dr Ahmed uses portant des lunettes VR

Dr Ahmed uses portant des lunettes VR
Source : standard.co.uk

“J’utilise ce type de technologies pour former et éduquer les gens”, explique le Dr Ahmed. “Cela connecte les gens du monde entier. Nous n’apprenons pas à une ou deux personnes, mais à des milliers de personnes”.

Lorsque le Dr Ahmed diffuse une session de formation chirurgicale en réalité virtuelle, il peut amener les gens dans la salle d’opération avec leurs casques VR. Il a pu diffuser dans plus de 100 pays et il pense que cette solution permet de faire apprendre aux chirurgiens du monde entier à bien réaliser des opérations chirurgicales.

“La formation en direct et la simulation seront bien meilleures que la façon dont les choses étaient faites auparavant”, explique-t-il.

“Nous avons parcouru un long chemin avec des papiers et l’impression, et maintenant c’est au tour des plateformes en ligne”.

Bien qu’il ne savait pas au début comment la réalité virtuelle serait utilisée en médecine à long terme, le Dr Ahmed pense désormais qu’elle est “là pour rester” après avoir constaté de bons résultats lorsqu’il a utilisé cette technologie. Ces résultats proviennent d’études menées par Diane Jooris, qui utilise la VR pour aider les patients avant, pendant et après les procédures invasives.

Pendant qu’il travaillait au MD Anderson Cancer Center à Houston, au Texas, Jooris s’est spécialisé dans l’hypnose clinique, avec pour objectif d’apprendre aux patients à entrer dans un état de conscience différent, ce qui modifie leur perception de la douleur et réduit leur niveau d’anxiété. Jooris affirme que lorsqu’un patient atteint un état d’hypnose, il n’est pas nécessaire de le laisser sous sédation lorsqu’il passe sous le couteau.

“Vous devez toujours avoir un anesthésique avant d’effectuer une opération chirurgicale, car cela n’est pas un miracle”, déclare Jooris.

Ce n’est peut-être pas tout à fait magique, mais c’est une technique impressionnante. Les patients qui ont subi une hypnose avant la chirurgie et sont restés conscients tout au long de la procédure ont déclaré avoir senti les outils au travail mais ils n’ont pas signalé qu’ils ont senti des douleurs.

Aujourd’hui, Jooris a intégré la VR à son travail et dirige actuellement une entreprise belge appelée OnComfort, cette dernière utilise un appareil VR plutôt qu’un spécialiste d’hypnose pour placer le patient dans un l’état hypnotique.

Le patient sur le point de subir une intervention chirurgicale met le casque VR, il commence à voir un arrière-plan différent (modifié selon les besoins du patient), puis une voix lui parle pour l’aider à tomber dans un état de conscience différent. Pour le moment, ces programmes VR sont disponibles pour sept différentes langues.

Jusqu’à présent, Jooris a utilisé la technologie sur plus de 1500 patients âgés de deux ans et demi à plus de 100 ans.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.